Les symboles de nos outils intérieurs:


Le chariot est utilisé par les anciens sages comme une métaphore de l’entraînement de l'esprit et de sens. Même si la plupart d'entre nous n'utilise plus de chariot tiré par des chevaux, le parallèle est toujours aussi probant de nos jours qu'il y a 1000 ans. Laisser votre esprit s'harmoniser avec cette image, vous aidera énormément dans votre pratique quotidienne et votre vie spirituelle.



Qui conduit le chariot?: Pour beaucoup d'entre nous, la plupart du temps, le cocher ne travaille pas, il est passif. Les rênes, appelées esprit, battent les flans des chevaux librement sans le contrôle ni les conseils nécessaires de notre sagesse intérieure. Quand les rênes sont libres elles ne donnent pas d’instructions aux sens, les chevaux. Ces derniers foncent librement et sauvagement sur n'importe quelle route qui les attire sur le moment, en réponse à leur mémoire du passé (chitta). Le chariot (body) est maltraité, les chevaux (indriyas) s’épuisent, les rênes (manas) sont effilochées, et le cocher (buddhi) devient paresseux. Le passager est complètement ignoré.


Cet entraînement est appelé Sadhana, ou pratique spirituelle.

Remettre le cocher au boulot: La solution au problème est de ré-entrainer le cocher (intelligence) à reprendre les rênes (esprit) et commencer à prendre décisions et donner des instructions aux chevaux (sens). Cet entraînement est appelé Sadhana, ou pratique spirituelle. Ça veut dire entraîner tous les niveaux de nous même afin de peut-être avoir l’expérience du centre de Soi calme, silencieux et éternel.


Laisser le cocher satisfaire le passager: Alors que le cocher (intelligence) devient plus stable et efficace dans son travail, une prise de conscience croissante s'installe quant au rôle commun du chariot, des chevaux, des rênes et du cocher, qui est de servir d'instrument à satisfaire le passager le vrai Soi. Peu à peu cela devient le seul but, et ce sans effort.