Je ne dis pas que j'ai la réponse, je ne dis pas que j'ai raison, je dis juste qu'aujourd'hui maintenant avec l'expérience que j'ai, c'est ce que je pense, c'est ce qui semble correct pour moi.
Evidemment tout ce que vous pouvez penser est correct aussi et l'idée c'est de s'inspirer en fait des pensées de chacun. Donc moi je n'accepterai pas que quelqu'un me dise que ce que je pense n'est pas bien, ou que c'est faux.
Qu'est-ce qui me prouve que toi tu as plus raison que moi? Est-ce ce que la pensée de l'autre est plus vraie que la mienne?
Souvent j'ai tendance à me nourrir de ce qui me donne raison, occultant toute une partie de la réalité, soit parce que c'est rassurant de penser que je sais tout, soit parce que j'ai peur d'avoir tort. C'est en fait un peu la même chose.
L'esprit joue des tours pour me maintenir dans ma zone de confort, quel que soit le coût pour moi même ou pour les autres.
Encore une fois c'est l'inspiration qui importe. Etre ouvert à ce que l'autre pense, ça ne veut pas dire le prendre comme vérité, c'est juste accepter que l'autre pense ce qu'il pense, même si c'est en désaccord avec ce que soi-même on peut penser.
Et peut-être qu'un jour à force d'être inspiré par des pensées différentes de la mienne je penserai totalement l'inverse de ce que je pense maintenant. Est-ce que ça l'invalidera pour autant si j'étais à ce moment-là différent de ce que je suis devenu maintenant? Est-ce que je suis meilleur maintenant ou étais-je meilleur le jour on je me suis fais ma première idée sur un sujet?
Comment deviens-je quelqu'un de plus accompli si je m'arrête à mes échecs, aux rires et aux critiques des autres, des sachants et des bien pensants?
Si je suis jugé sur mes contradictions alors le chemin que j'ai fais depuis ne sert à rien. Il y a 10 ans je pensais que les émotions n'étaient rien que des stimuli chimiques produit par le cerveau, et je le soutenais mordicus. Dorénavant je sais que c'est beaucoup plus complexe que ça. Dois-je donc être considéré pour toujours comme cette personne d'il y a 10 ans? Tout ce que j'ai découvert ne doit-il alimenter que la critique pour me ramener dans la case qui convient au censeur qui me juge? Nous sommes tous des paradoxes et des contradictions ambulants, seul notre arrogance nous convainc de l'inverse.
Je pense ce que je pense au moment ou je le pense, par ce que simplement chaque période de ma vie est différente et que vivre c'est se transformer. S'attacher à ce que je pense ou à ce que l'autre pense c'est nourrir l'ego et stagner dans une position de peur et d'inconfort confortable. Penser que j'ai raison c'est fermer les possibilités, penser que l'autre à tort n'a pas besoin d'être prouvé, puisque l'autre pense avoir raison la plus part du temps.
Donc personne n'a vraiment raison mais se trouve des excuses pour accepter de vivre dans un monde complexe et changeant. Et c'est totalement correct, jusqu'à ce que l'on décide que ça ne l'est plus et que l'on veuille avancer vers la vérité pure.
Et tout ce chemin que j'ai parcouru je l'ai fait parce que mon cœur et ma pensée étaient ouverts.